DUOS J-J.GOLDMAN & BELLES VOIX

 

 

https://static.blog4ever.com/2012/09/713297/JJG-Titre.gif 

https://static.blog4ever.com/2012/09/713297/JJG-3Voix.gif

 

 

 

 https://static.blog4ever.com/2012/09/713297/Logo-Gala.png

 



Jean-Jacques Goldman, Je te donne et Là-bas
dans toutes les têtes

 

Jean-Christian Hay - mardi 29 septembre 2015 à 10:21

 

Ses duos sont les préférés des Français

 

https://static.blog4ever.com/2012/09/713297/Photo-Gala1.png

 

 

https://static.blog4ever.com/2012/09/713297/Photo-Gala2.png

 

Dans un sondage consacré aux meilleurs duos de la chanson française, deux titres de Jean-Jacques Goldman arrivent en tête: Je te donne et Là-bas. La personnalité préférée des Français en classe même un troisième dans le Top 10 avec J’irai où tu iras.

 

L’une sur la tolé­rance et l’ouverture, l’autre sur le départ et les envies d’ailleurs pour refaire sa vie. Deux chansons phare du répertoire de Jean-Jacques Goldman écrites il y a près de trente ans et toujours d’actualité sont aujourd’hui plébiscitées. Selon un sondage YouGov commandé par RFM et Télé 7 Jours et portant sur les duos préférés des Français, Je te donne, chanté avec Michael Jones, et Là-bas, interprétée avec la regrettée Sirima, décrochent les deux premières places du classement.

Jean-Jacques Goldman, bien qu’en retrait du monde de la chanson, excepté son implication chaque année dans le spectacle des Enfoirés, n’en finit plus d’être plébiscité par les Français qui font de lui régulièrement leur personnalité préférée. L’artiste classe même une troisième chanson dans le top 10 de ce classement. J’irai où tu iras, qu’il a écrite pour Céline Dion et qu’il interprète avec elle, apparaît ainsi à la septième place.

 

Jean-Jacques Goldman et Michael Jones -
Je Te Donne

 

 

Jean-Jacques Goldman et Sirima - Là-Bas

 

 

 

https://static.blog4ever.com/2012/09/713297/Cadre-Sirima.gif

 

 

 

 

Biographie de SIRIMA

 

 

https://static.blog4ever.com/2012/09/713297/Photo-Sirima0.gif

https://static.blog4ever.com/2012/09/713297/Photo-Sirima1a.png
 

 

Née le 14 février 1964

Décédée le 07 décembre 1989

(à l'âge de 25 ans)

 

 

Sirima est une chanteuse née le 14 février 1964 à Isleworth, dans le comté de Middlesex (Grande-Bretagne), et morte assassinée le 7 décembre 1989 par son compagnon. Elle interpréta en duo avec Jean-Jacques Goldman le titre Là-bas.

De mère française et de père sri-lankais, Sirima vécut son enfance au Sri-Lanka et son adolescence en Angleterre.

Elle fut marquée durant son enfance par la guitare de son père, la flûte en bois de son oncle, les percussions jouées dans les fêtes bouddhistes, les baïlas, la musique populaire et classique du Sri-Lanka, mais aussi par l'église catholique et ses hymnes anglais chantés par les enfants sri-lankais.

Sirima quitta le Sri-Lanka pour l'Angleterre à l'âge de huit ans. Elle se réfugia dans la musique et chercha à retrouver tous les sons qui lui étaient familiers dans son enfance. Elle découvrit la pop-musique anglaise et se passionna pour les comédies musicales. Elle retrouva l'église catholique et forma un groupe folk avec ses sœurs.

Sirima quitta l'Angleterre pour la France à l'âge de 18 ans.

De 1982 à 1987, elle chanta dans le métro. En 1986, elle fut remarquée par Philippe Delettrez (saxophoniste, compositeur, producteur...), alors musicien de Jean-Jacques Goldman. Celui-ci, qui venait d'écrire Là-bas, recherchait une interprète féminine pour ce duo.

Ayant écouté un enregistrement de sa voix, Jean-Jacques Goldman rencontra Sirima près de la station de métro du Châtelet, où elle chantait, et le personnage lui plut. Il lui fit faire un essai puis l'engagea.

Sirima était âgée de 23 ans quand sortit Là-bas, qui connut un succès commercial important. Elle fut cependant peu présente lors de la tournée de Jean-Jacques Goldman, travaillant sur un autre projet.

Sirima vivait une relation tumultueuse avec Kahatra Sasorith, musicien sans succès. Jaloux de sa célébrité naissante, Kahatra assassina Sirima à coups de couteau le 7 décembre 1989, moins de 3 semaines après la sortie de "A part of me".

 

https://static.blog4ever.com/2012/09/713297/Photo-Sirima2a.png

 

 

 

 

 https://static.blog4ever.com/2012/09/713297/EnMemoire-Sirima.gif     SIRIMA

 

25ème anniversaire de la mort de Sirima

Dimanche 7. Décembre 2014  9:13

 

Aujourd'hui 7 décembre 2014, cela fait vingt-cinq ans que disparaissait Sirima, victime de la jalousie et de la folie meurtrière de son compagnon musicien, Kahatra Sasorith.

Sirima, pourtant, évoquait sa situation personnelle dans une chanson autobiographique particulièrement tragique, "His way of loving me", dont voici une traduction :

***

Sa manière de m'aimer

Pourquoi est-ce que tu me regardes
Comme si tu n'avais jamais vu quelqu'un qui a été blessé de cette
manière auparavant ?
Ce n'est pas inhabituel, cela n'arrive pas qu'à moi
Il faut le prendre comme ça vient

Il ne le fait pas exprès, bien qu'il le fasse à chaque fois
Il frappe quand il ne trouve pas les mots
Ça doit être à cause de son enfance, cela lui est arrivé de cette
manière
Il dit que cela lui fait plus de mal à lui qu'à moi

Quand la tempête est passée
Que les bleus apparaissent
Il me prouve physiquement que je suis sa seule et unique
Et moi je suis là à me demander - est-ce que j'ai raison
De continuer à croire qu'on est faits l'un pour l'autre ?
Mes os me font mal, les larmes continuent à couler
Une voix persiste à me dire que je devrais le savoir
C'est juste sa manière de m'aimer... Sa manière...

N'essayez pas de me dire que je vais perdre l'esprit
Si je vis avec un homme comme lui
Est-ce que vous le connaissez ?
Est-ce que vous le voyez pleurer comme je le vois moi ?

Je n'avais jamais rêvé que l'amour puisse ressembler à la guerre
Que les coups pleuvent quand ça ne se passe pas comme on le
souhaiterait
Quelle en est la raison - la nature humaine ?
Est-ce qu'il souffre vraiment plus que moi ?

Quand la tempête est passée
Que les bleus apparaissent
Il me prouve physiquement que je suis sa seule et unique
Et moi je suis là à me demander - est-ce que j'ai raison
De continuer à croire qu'on est faits l'un pour l'autre ?
Mes os me font mal, les larmes continuent à couler
Une voix persiste à me dire que je devrais le savoir
C'est juste sa manière de m'aimer... Sa manière...

A la fin de ta vie, tu réalises que tu t'es trompée
Tu en as supporté plus que ce que tu étais capable de supporter
L'amour dans ses yeux, hors d'atteinte
Et tu réalises, 'trop tard pour qu'il change'
Tes os souffrent encore et encore ...

Il faut que je trouve un moyen de croire ma douleur
Oh, je me dis que c'est sa manière de m'aimer
Sa manière de m'aimer

***

A-t-elle été écoutée, comprise, entendue ? Deux semaines après la sortie de son album, "A part of me", Sirima était assassinée par son compagnon à coups de couteau, alors qu'elle venait de prendre la décision de le quitter.

 


 https://static.blog4ever.com/2012/09/713297/PhHmg-Sirima2.png

 

 

 

Jean-Jacques Goldman - Là-bas -
Hommage à Sirima

 

 

 

Raphaël Torr est un artiste québécois, d'origine française, qui a écrit une chanson
en hommage à Sirima

 

Sirima

 

Elle vivait dans la vie un peu comme ces oiseaux
Qui ne posent jamais leurs ailes sur la terre
Et qui volent sans bruit entre le ciel et l'eau,
Toujours vers la lumière durant leur vie entière.

Elle chantait des sourires dans les couloirs du métro,
Une guitare sur le coeur et d'une voix de cristal...
Comme un ange qui a peur au milieu des badauds,
Elle parlait d'avenir, loin de sa terre natale.

Elle s'appelait Sirima, qui veut dire maman douce,
Elle venait de là-bas, du pays des rivières...
Et son souffle de vie, comme l'eau d'une source
Frissonnait de tendresse, doux comme une prière.

Princesse de ses rêves, amoureuse d'un paumé,
Rencontré dans un bar, sans talent sans passé.
Elle avait fait germer pour eux au milieu d'elle,
Un enfant qui riait dans sa vie d'hirondelle.

 

Elle s'appelait Sirima, qui veut dire maman douce,
Elle venait de là-bas, du pays des rivières...
Et son souffle de vie, comme l'eau d'une source
Frissonnait de tendresse, doux comme une prière.

 

Malgré les vents tournant sur des routes de galère,
Quelqu'un l'a découverte pour nous faire partager...
Une partie d'elle-même, un rayon de lumière,
Avant que toute la haine ne l'emporte à jamais.

Elle s'appelait Sirima, qui veut dire maman douce.
Elle doit chanter là-bas aux portes des étoiles
Et sa voix de cristal comme l'eau d'une source,
Raisonne dans mes veines quand les nuits sont fatales.

Elle vivait dans la vie un peu comme ces oiseaux
Qui ne posent jamais leurs ailes sur la terre
Et qui volent sans bruit entre le ciel et l'eau,
Toujours vers la lumière durant leur vie entière.

Elle s'appelait Sirima, qui veut dire maman douce,
Elle venait de là-bas, du pays des rivières...
Et son souffle de vie, comme l'eau d'une source,
Frissonnait de tendresse, doux comme une prière...

 

Paroles et musique : Raphaël Torr
(p) éditions de l'Accroche-coeur / SPACQ / SOCAN
Tous droits réservés

 

 

 

https://static.blog4ever.com/2012/09/713297/Cadre-Carole.gif
 

 

 

https://static.blog4ever.com/2012/09/713297/Hmg-Carole.png   Carole Fredericks

 

Voix puissante et chaude venue du gospel et du jazz, la chanteuse américaine Carole Fredericks est décédée d'une crise cardiaque dans la nuit de jeudi à vendredi à Dakar (Sénégal), après un concert, a-t-on appris auprès de son attaché de presse.
D'abord choriste de son frère le bluesman Taj Mahal puis de nombreux artistes francophones tels que Serge Gainsbourg, Johnny Hallyday, Michel Berger, Laurent Voulzy, Mylène Farmer ou Céline Dion, elle s'était fait connaître du grand public en 1991 en trio avec Jean-Jacques Goldman et Michael Jones pour l'album "Fredericks Goldman Jones".

Trio de choristes

Comme elle le chante dans "Springfield" (1996), Carole Fredericks est née à Springfield, Massachusetts, un 5 juin, vers 1952. Elle grandit aux côtés de huit frères et sœurs, entre une mère professeur de gospel et un père pianiste et parolier, amateur de jazz. Admiratrice d'Aretha Franklin et des Beatles, elle se produit dans les églises et les théâtres puis gagne Paris en 1979.
Elle y rencontre les choristes Anne Calvet et Yvonne Jones. Le trio accompagnera aussi bien Dalida que Serge Gainsbourg, Sylvie Vartan ou Hugues Aufray. L'Américaine au coffre impressionnant tourne notamment avec France Gall et Eddy Mitchell et enregistre des bandes originales de films, comme "Je vous aime" (1980) de Claude Berry ou "Pirates" de Roman Polanski (1986).

Jean-Jacques Goldman

Mais la rencontre décisive est celle de Jean-Jacques Goldman, pour "Entre Gris clair et gris foncé", en septembre 1987. En 1991, sort l'album "Fredericks Goldman Jones", qui lui vaut un disque de diamant (un million d'exemplaires vendus), avant celui de 1993 pour "Rouge". Le trio répond régulièrement aux sollicitations d'organisations telles que les Restos du Coeur ou Amnesty International (concerts de 1994 dans la salle parisienne du New Morning).
Le premier album solo de Carole Fredericks, qui participe par ailleurs souvent à des festivals, s'intitule "Springfield" (1996). Elle l'interprète en tournée avec son groupe, "Les Dragons".
En 1998, après avoir travaillé sur "D'eux" de Céline Dion, elle chante sur le nouveau disque de la Québécoise, "S'il suffisait d'aimer". En juillet, son duo avec le groupe français Poetic Lover remporte un grand succès et, l'année suivante, en 1999, Carole Fredericks sort "Couleurs et parfums". Puis une nouvelle tournée la mène à Dakar, jeudi, pour son dernier concert. (AP)

 

JJ Goldman - New-Morning Concert -
C'est pas d'l'amour


 

 

La chanteuse Carole Fredericks est décédée

Publié le 09-06-2001 à 15h02

 

La chanteuse américaine Carole Fredericks est morte d'une crise cardiaque au Sénégal, après un concert. Elle s'était fait connaître du grand public en 1991, en trio avec Jean-Jacques Goldman et Michael Jones.

 

 

Jean-Jacques Goldman - Juste Après -
Hommage à Carole
(Tour Ensemble 2003)

 

 

 

https://static.blog4ever.com/2012/09/713297/Cadre-Celine.gif

 

 

 

Céline Dion

 

 

Céline Dion et Jean-Jacques Goldman - J'irai Où Tu Iras
(Live Stade de France 1999)

 

 

 

 

 

Sublime chanson composée par Jean-Jacques pour Céline Dion, interprétée par l'auteur en personne…

 

Version magnifique!!

 

 

 

 

 




18/10/2015

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 61 autres membres